Skip to main content
france assurance devis gratuit france assurance devis gratuit

Bébés sans bras: onze nouveaux cas suspects dans l’Ain

Ces nouveaux cas portent à 18 le nombre d’enfants nés avec ce handicap dans le département.


Leur nombre continue d’augmenter. Onze nouveaux cas suspect d’enfants nés sans bras ont été découverts dans l’Ain mardi, a annoncé Santé Publique France. Ils seraient nés entre 2000 et 2014, d’après les données hospitalières.

Ces onze cas suspects s’ajoutent aux sept cas signalés par le registre Remera (Registre des malformations congénitales en Rhône-Alpes), a précisé François Bourdillon, directeur général de l’agence sanitaire. Ces nouveaux cas portent donc à 18 le nombre d’enfants nés avec cette malformation dans le département.

Mardi matin, le Registre des malformations congénitales en Rhône-Alpes (Remera) a annoncé l’identification d’un huitième cas dans l’Ain, qui figure parmi les onze nouveaux cas suspects. Emmanuelle Amar, scientifique responsable du Remera, avait déclaré : « Cela force la conviction qu’il faut faire une étude avec des épidémiologistes spécialisés dans ce type de malformations et non par des statisticiens ».

Enquête relancée

Emmanuelle Amar avait contesté les conclusions d’une étude de Santé publique France, qui avait estimé début octobre que le nombre de cas de l’Ain n’était pas statistiquement supérieur à la moyenne nationale. Elle avait reçu une lettre de licenciement de sa direction après le signalement de sept cas suspects dans le département. Ce processus de licenciement a été suspendu lundi, sans autre explication.

Santé Publique France estime cependant bien qu’il existe un excès de cas en Loire-Atlantique et en Bretagne, mais qui restent sans explication. « J’ai relancé une enquête avec deux agences, Santé publique France et l’Anses. L’idée est de retourner voir tous les cas », a déclaré la ministre de la Santé Agnès Buzyn mardi matin après le signalement d’un huitième cas.

L’agence sanitaire a précisé mardi soir que des investigations complémentaires étaient en cours, et a tenu à rappeler que « la réalisation d’enquêtes rétrospectives, plusieurs années après la naissance, sera[it] complexe ». Non sans critiquer le Remera, l’agence rappelle l' »importance de disposer d’un registre fiable, rigoureux, scientifique et adossé à des équipes hospitalo-universitaires et au système européen de surveillance Eurocat ».

source: https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/bebes-sans-bras-onze-nouveaux-cas-suspects-dans-l-ain_2045406.html

 

Partager cet article sur les réseaux sociaux ->Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.