Skip to main content
france assurance devis gratuit france assurance devis gratuit
Déprime ou dépression

Déprime ou dépression : La maladie mise à une

L’hiver, le grand froid, le soleil qui se fait rare, la crise, le chômage ou simplement un coup de blues… et on parle de déprime. La dépression est une maladie de plus en plus courante. Elle affecte indistinctement des personnes de tous les âges, de tous les milieux et de tous les styles de vie. Comment distinguer le simple coup de cafard d’une dépression majeure ? Quels en sont les symptômes ?






Petite déprime ou dépression ? On trouve péniblement le sommeil et se réveille fréquemment en pleine nuit. On perd tout intérêt pour le sport et se sent coupable de ne pas pouvoir consacrer plus de temps à ses proches ou on en a pas trop envie. Plus envie de cuisiner et on mange sans appétit. On est plus très sexy et on n’a pas tellement envie de l’être. Un état qui désole, et on a de plus en plus souvent des idées noires. On se juge sans valeur, tour à tour irritable ou amorphe, alors qu’on était si énergique. La question à se poser : s’agit-il d’un petit coup de cafard ou d’une dépression ?

ZOOM sur La dépression

La dépression est une maladie très répandue, un homme sur 10 en sera atteint au cours de sa vie et 1 femme sur 5. La dépression est très fréquente chez les jeunes adultes, puisque 7 déprimés sur 10 ont moins de 45 ans. Mais qu’est-ce que dépression signifie au juste ?
Le mot « dépression » s’est banalisé et désigne trop souvent des états passagers.

Lorsque ces symptômes persistent durant des semaines ou des mois et empêchent un retour à une vie La dépression est un état qui se poursuit dans le temps et qu’il convient de ne pas négliger.

  • Nous constatons une baisse du tonus psychique est caractérisée par une profonde mélancolie et une perte de goût pour des activités autrefois appréciées (hobbies, sexe, etc.) : c’est ce principal symptôme qui peut permettre à votre médecin de diagnostiquer. Certains patients peuvent devenir tendus ou irritables. Cette nervosité extrême et ce sentiment d’inutilité s’accompagnent d’idées noires qui peuvent aller jusqu’à des pulsions suicidaires.
  • Des bouleversements d’appétit ou de poids, une perturbation du sommeil : la dépression peut affecter le corps en plus de l’esprit. Ainsi, certaines personnes pourront souffrir d’un manque d’appétit alors que d’autres compenseront en prenant du poids. De la même manière, certaines personnes auront du mal à s’endormir pour se réveiller au milieu de la nuit alors que d’autres auront tendance à dormir de manière excessive.
  • On note aussi des humeurs changeantes. En plus de l’état déprimé, la personne peut avoir d’autres changements émotionnels : un sentiment injustifié de culpabilité, un manque de confiance en soi et d’incapacité. Certaines personnes fuiront les situations nécessitant de leur part une prise de responsabilité, de peur de mal faire.
  • Une difficulté à se concentrer : ces symptômes empêchent les personnes d’étudier et de travailler de manière efficace. Dans des cas extrêmes, des tâches anodines deviennent insurmontables.

Il n’y a pas de symptômes distinctifs, certaines personnes peuvent apparaître tristes de manière évidente, d’autres ressentiront plutôt une impression de fatigue ou des insomnies. Parfois, l’entourage proche a bien du mal à pressentir l’importance de cette maladie et soupçonne plus facilement une légère déprime qu’un peu de volonté et quelques bonnes paroles permettront de surmonter.

La dépression, une vraie maladie ?

Source de nombreuses souffrances, la dépression touche plus de 3 millions de Français. Malgré ces chiffres importants, beaucoup d’informations erronées circulent sur cette maladie. Causes, symptômes, traitements, il n’est pas toujours facile de faire le point.
Concernant la dépression, les préjugés persistent. Est-ce une réelle maladie ? Est-ce psychologique ou physique ? La volonté suffit-elle à éradiquer une dépression ?
Comme nous l’avons vue précédemment, la dépression est définie comme un sentiment de tristesse persistant, une perte de goût pour la plupart des activités pendant une durée minimale de deux semaines. Vous ne devez pas ressentir de craintes ou d’embarras à exposer votre état à votre médecin. Seule une connaissance de tous les symptômes lui permettra d’effectuer un diagnostic précis.
Pour le médecin, le terme dépression a une définition bien précise et, face à une telle maladie, il pourra vous prescrire un traitement adéquat : suivi psychothérapeutique et/ou médicaments luttant contre la dépression.
On dénombre trois principaux types de dépression, chacun étant caractérisé par des symptômes spécifiques. Lorsque la dépression se présente sous forme épisodique et de façon régulière, les médecins parlent d’épisodes dépressifs caractérisés. Si la dépression s’installe et dure, il s’agit de dépression chronique. Enfin, les troubles bipolaires sont définis par une alternance entre dépression et exaltation.
Beaucoup appellent dépression un épisode de tristesse passagère qui dure quelques jours et disparaît ou un coup de cafard, d’autres disent qu’ils ont « la déprime », qu’ils « sont au fond » pour exprimer un mal de vivre, une difficulté passagère, une contrariété, un vague à l’âme, mais également en cas de véritables ennuis. Le mot déprime s’est banalisé et il est aujourd’hui très largement utilisé.
D’autres insistent sur le fait qu’il faut prendre au sérieux la maladie dépressive. La dépression (la maladie dépressive) n’est pas un état passager, c’est une très grande tristesse qui vous envahit durablement, paralyse votre goût de vivre, elle vous fait souffrir longtemps, c’est une vraie maladie à prendre très au sérieux. La dépression n’est donc pas un coup de blues ! Mais que ceci ne vous empêche pas d’employer le terme de déprime quand vous en avez envie. A noter simplement que pour le médecin, le terme dépression a une signification assez précise et que le mot déprime n’existe pas dans le langage médical. Si vous êtes déprimés le médecin vous prescrira un traitement, suivi psychothérapique ou/et médicaments luttant contre la dépression (les antidépresseurs).
La dépression est une véritable maladie, définie par une association de symptômes et une prise en charge thérapeutique spécifique. Contrairement aux idées reçues, la dépression touche tous les âges, sexes et catégories sociales. Aujourd’hui, plus de 3 millions de personnes en souffrent en France.
La dépression, n’est pas uniquement dans la tête. La dépression n’affecte pas uniquement la santé mentale. Les symptômes physiques sont également importants. Ainsi, on observe des modifications au niveau cérébral, des troubles du sommeil, une altération de l’appétit ou encore des problèmes sexuels.
Ya-t-il une raison d’être déprimé ? Parfois, la cause de la dépression est visible. Dans d’autres cas c’est beaucoup moins évident. Dans tous les cas, il est important de voir votre médecin ou un psychiatre pour qu’il vous aide à vous en sortir. La dépression se traite et guérit 9 fois sur 10. Le traitement antidépresseur est plus efficace s’il est associé à une psychothérapie. Le traitement est toujours relativement long, de l’ordre de quelques mois ou plus. Un traitement trop bref expose au risque de rechutes.

Tous les âges touchés par la dépression

Les personnes âgées sont sujettes à la dépression. Celle-ci est parfois difficile à détecter chez le sujet âgé. Celui-ci peut présenter des troubles de mémoire qui seront attribués à tort à « l’âge » ou à une maladie d’Alzheimer. Parfois la personne âgée s’isole, devient hostile ou agressive avec son entourage. Il ne s’agit pas d’une évolution normale dans le cadre du vieillissement, mais peut être d’une dépression. Dans ce cas un traitement antidépresseur améliorera les signes.
L’enfant n’est pas épargné par la dépression. Il est toujours souhaitable de consulter un pédiatre ou un pédopsychiatre quand vous avez l’impression que votre enfant est durablement triste, mais également s’il devient très irritable ou qu’il se plaint de son corps de façon répétitive. Il peut aussi perdre l’appétit, ou avoir de mauvais résultats scolaires.

La dépression : héréditaire ?

Les causes de la dépression sont multiples, et on distingue généralement trois types de facteurs : biologiques, psychologiques et environnementaux. Des études ont montré que le fait d’avoir des parents dépressifs augmente le risque de souffrir de cette maladie. Si les médecins sont convaincus de l’existence de facteurs génétiques, aucun gène n’a été mis à jour. L’hérédité est donc l’une des causes possibles de la dépression, mais pas la seule.

Sortir de la dépression, mais comment ?

Il est inutile de penser que seule la volonté ou le soutien des proches permettra de guérir une dépression. Comme n’importe quelle maladie, elle nécessite une prise en charge médicale, qui peut passer par un traitement pharmaceutique et/ou un soutien psychologique. Il est donc indispensable d’être entouré par des professionnels.
Les antidépresseurs sont le traitement contre la dépression. Mais certaines personnes considèrent que les antidépresseurs empêchent d’être soi-même. Les antidépresseurs ne modifient pas la personnalité. Ils agissent sur les divers symptômes de la dépression. En fonction de l’intensité de la maladie et des symptômes, le médecin choisit le traitement adapté, celui-ci sera le plus souvent accompagné d’un suivi psychologique.
L’option médicamenteuse basée sur des antidépresseurs est la plus connue, mais pas la seule. La prise en charge est globale. Elle s’accompagne d’un suivi psychologique, et parfois, d’une psychothérapie. D’autres thérapies sont possibles : photothérapie, stimulation magnétique, sismothérapie, sans oublier les médecines douces.

Mieux vaut prévenir que guérir !

Pour la dépression comme pour toutes les maladies, mieux vaut prévenir que guérir ! Il existe des solutions simples et naturelles pour se protéger des troubles dépressifs. Que faut-il manger ? Le sport permet-il de chasser les idées noires ?
Ce que nous mangeons a une influence directe sur notre moral. De nombreux aliments permettraient ainsi de prévenir l’apparition de la dépression. Oméga 3, sucre ou même chocolat… Voici quelques idées de menus et de compléments alimentaires pour garder le sourire.
Notre nourriture influence notre humeur… et inversement : la faim rend les gens irritables, et on se console parfois en mangeant. Grâce aux recherches scientifiques, on en sait un peu plus sur les relations qui existent entre l’alimentation et l’équilibre émotionnel. Et c’est prouvé : certains aliments peuvent nous remonter le moral. Encore faut-il les consommer à bon escient !
Rien de tel que de s’asseoir devant une bonne table quand on n’a pas le moral. Car certains mets ont une influence directe sur notre humeur. Tour d’horizon des aliments anti-déprime…

  • Le chocolat, c’est souvent le remède spontané quand « ça ne va pas », quand on se sent déprimé.
  • Le café, indispensable à certains, le matin pour démarrer, à midi pour repartir après le déjeuner… Logique, puisque sa caféine exerce une action excitante sur les cellules cérébrales, réveille, stimule et facilite la digestion. Mais, pris en excès, le café énerve et peut gêner le sommeil, et donc la bonne récupération nerveuse.
  • Les sucres ou glucides apportent le « carburant » dont le cerveau a besoin pour bien fonctionner. Lorsque la glycémie baisse, l’humeur se dégrade souvent.
  • La levure et les germes de blé peuvent renforcer l’alimentation en éléments nutritionnels précieux pour la forme. Ce sont en effet des aliments très riches en vitamines B et en sélénium, dont un déficit peut provoquer une certaine apathie voire un sentiment de déprime, ou au contraire entraîner de la nervosité et de l’irritabilité.
  • La gelée royale et le ginseng sont réputés donner de l’énergie vitale, favoriser le dynamisme, voire même renforcer les prouesses sexuelles. De quoi améliorer le moral !

Dans tous les cas, attention aux boissons alcoolisées. L’alcool rend euphorique, mais il ne peut jamais aider à résoudre des difficultés Au contraire, il crée souvent une dépendance aux conséquences funestes.
Pour finir, gardez une vie sociale, ne pas vous enfermer, ne pas hésiter à en parler à votre médecin. Etre protégés par une mutuelle santé vous évitera des dépenses imprévues.

Partager cet article sur les réseaux sociaux ->Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

7 réponses à “Déprime ou dépression : La maladie mise à une

  1. C’est clair les gens parlent trop de dépression alors qu’en vrai ils ont juste un petit coup de cafards!
    les gars reveillez vous c’est la crise, l’hiver etc mais on est en vie et en bonne santé (enfin pas de cancer ou de grosse merde du genre) donc faut pas se laisser abbattre!

  2. Il y’ a aussi les dépressions suivies médicalement et psychologiquement , aidées par les médecines douces , la sophrologie, l’acupuncture, l’hypnose, etc etc et qui ne se guérissent jamais ….quelle souffrance !!!!

  3. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 350 millions de personnes souffrent de dépression dans le monde. En France, on estime que 20 à 30 % de la population est touchée par cette maladie. Et le diagnostic est souvent compliqué à dresser

  4. Bientôt un bracelet anti-déprime pour diagnostiquer la maladie: une start up a mis au point un bracelet connecté permettant de diagnostiquer les signes avant-coureurs de la dépression. Dès le mois de février, ce dispositif sera expérimenté à l’hôpital Saint-Antoine de Paris.

    1. ca me rappel les bagues d’humeur quand on etait jeunes. Celles qui changeait de couleur quand on change d’humeur… je ne sais pas si je suis sceptique ou confiante finalement..

      1. le bracelet, qui est équipé de capteurs, enregistre le rythme cardiaque, la tension artérielle, la température du corps ou encore certains comportements du patient. Un algorithme permet ensuite d’interpréter ces données.

  5. Bourré de capteurs, ce bracelet dont les tests démarreront en février, serait capable d’enregistrer plusieurs données physiologiques, comportementales afin de réaliser un « profil numérique » du patient: tension artérielle, température corporelle, sommeil dégradé, respiration plus courte, peau plus acide…
    « Ce bracelet aidera à faire le tri »: Ce bracelet vise à donner l’alerte quand la santé psychique flanche »
    Passée la phase de détection par le bracelet, au médecin de faire son travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.