Skip to main content
france assurance devis gratuit france assurance devis gratuit

L’ARTHROSE : La maladie de l’âge ?

L’arthrose est la maladie chronique la plus fréquente  due à une dégénérescence du cartilage des articulations.Comment peut-on définir l’arthrose ? Quelles sont les mécanismes de cette maladie ? Quels en sont les symptômes ? Les causes ? Mais aussi les différentes sortes : dos, main, genou, hanche…? Autant de possibilités que de jonction entre deux os pour l’arthrose ? Et surtout quels traitements sont possibles ?




 

Comment définir l’arthrose ?

L’arthrose correspond à la destruction progressive du cartilage de l’articulationqui se caractérise donc par l’usure du cartilage articulaire, qui peut ainsi disparaître.L’arthrose intervient lorsque l’articulation est régulièrement soumise à une pression trop importante. Bien que la fréquence de l’arthrose augmente avec l’avancée en âge, contrairement à ce que l’on pense, ce n’est pas une conséquence normale du vieillissement.Les os se touchent, des raideurs apparaissent et parfois même, des blocages.

La plupart des articulations peuvent être touchées par l’arthrose mais il s’agit le plus souvent de la colonne vertébrale, des hanches (coxarthrose), des genoux (gonarthrose) et des mains. Il existe un facteur héréditaire avec une prédisposition génétique familiale plus ou moins marquée.

Le mécanisme de l’arthrose

Une articulation est la jonction entre deux os ; les deux extrémités osseuses qui la composent sont recouvertes de cartilage. Une capsule, dont la partie interne est recouverte d’une membrane appelée membrane synoviale, assure la stabilité de l’articulation. La membrane synoviale produit un liquide, le liquide synovial, qui nourrit le cartilage.

L’arthrose est due à un excès récurrent de pression sur le cartilage. Le cartilage commence par se gonfler d’eau, puis il se fragilise et perd en volume. Ensuite, il se met à produire à l’excès des enzymes de destruction, et se dégrade progressivement.

Les autres parties de l’articulation sont atteintes plus tardivement que le cartilage, mais peuvent également subir des lésions : la membrane synoviale produit un excès de liquide synovial, et l’os s’épaissit.

Les symptômes de l’arthrose

L’arthrose se manifeste par pressions douloureuses. Le traitement repose alors sur des anti-inflammatoires. Le cartilage n’étant pas innervé, ce n’est pas lui qui est à l’origine des douleurs, mais l’os, la membrane synoviale, la capsule, les ligaments ou les tendons. C’est la destruction du cartilage qui, en libérant des petits fragments dans l’articulation, entraîne une réaction de la membrane synoviale qui doit digérer les débris. C’est donc au moment des poussées inflammatoires que l’arthrose est particulièrement douloureuse.

En dehors de ces poussées douloureuses, l’articulation peut être soignée au moyen d’infiltrations de corticoïdes ou d’injection d’acide hyaluronique. Parfois, la mise en place d’une prothèse est nécessaire.Toutes les arthroses ne sont pas douloureuses. Par exemple, l’arthrose de la colonne vertébrale, qui est la plus fréquente, est très souvent indolore.

Les causes de l’arthrose

L’arthrose peut avoir deux causes :

  • une cause mécanique, lorsqu’elle est due à un excès de pression sur un cartilage normal ;
  • une cause structurale, lorsqu’elle est due à une pression normale sur un cartilage fragile.

L’arthrose mécanique est la plus fréquente. L’excès de pression sur l’articulation peut avoir différentes origines :

  • une surcharge pondérale ;
  • une sollicitation trop importante, dans le cadre de l’activité professionnelle ou de la pratique d’un sport ;
  • des microtraumatismes ;
  • une mauvaise répartition des pressions au sein de l’articulation, en raison d’une anomalie anatomique ou d’une séquelle de traumatisme (entorse, luxation, fracture).

Les arthroses de la colonne vertébrale et des doigts sont les plus fréquentes, mais sont en général peu, voire pas du tout, douloureuses. Les arthroses du genou et de la hanche, bien que plus rares, peuvent être beaucoup plus invalidantes.

L’arthrose du dos

L’arthrose de la colonne vertébrale, ou arthrose rachidienne, est très fréquente à partir de la quarantaine. Cette arthrose prédomine aux deux extrémités : au rachis cervical et au rachis lombaire (lombarthrose). La rareté de l’arthrose dorsale vient du fait que le rachis est beaucoup moins mobile au niveau des 12 vertèbres dorsales.

L’arthrose de la hanche

La coxarthrose est l’arthrose de la hanche. Elle est souvent due à une anomalie de l’extrémité supérieure du fémur, ou de la cavité où cette dernière se loge. Elle provoque des douleurs dans l’aine ou sur le devant de la cuisse.La coxarthrose a été moins étudiée mais les facteurs génétiques, les dysplasies, les malformations et à un degré moindre le surpoids sont des éléments qui modifient les formes de cette atteinte arthrosique.

 

L’arthrose de la main

L’arthrose du poignet se développe surtout après un traumatisme. Elle se traduit par des dépôts calciques au niveau des cartilages des os du poignet. L’arthrose du pouce, ou rhizarthrose, est particulièrement fréquente chez la femme et le plus souvent symétrique.

Pour l’arthrose digitale, les facteurs les plus importants sont les facteurs métaboliques et l’âge mais aussi le sexe et la génétique puisque cette atteinte est plus fréquente chez les femmes et encore plus chez celles ayant des antécédents d’atteinte dans la famille proche de sexe féminin. Les facteurs responsable de l’apparition et de l’aggravation de la maladie initiateurs sont essentiellement des facteurs mécaniques comme l’écriture, la peinture, les travaux manuels fins ou encore l’utilisation fréquente du clavier à l’ordinateur.

 

L’arthrose du genou

L’arthrose du genou, ou gonarthrose, est très fréquente. Elle touche soit l’articulation entre le fémur et le tibia, soit l’articulation entre le fémur et la rotule.

L’obésité est un facteur de risque important dans la survenue de cette affection. Une anomalie de l’axe des membres inférieurs c’est-à-dire jambes arquées et jambes en X est aussi souvent à l’origine d’une gonarthrose. Enfin, des séquelles d’entorse ou de luxation peuvent également favoriser son apparition. La gonarthrose se manifeste fréquemment par un gonflement du genou, dû à une production excessive de liquide synovial. Il faut alors ponctionner ce liquide.

Dans le cas d’une gonarthrose induite par un stress mécanique comme un traumatisme ou un surpoids modéré, ces contraintes mécaniques stimulent des récepteurs articulaires qui, à leur tour, provoquent la sécrétion de médiateurs solubles pro-inflammatoires responsables d’une perturbation de l’équilibre tissulaire de différentes structures de l’articulation. Ces processus altèrent la fonction même du cartilage, de l’os sous-chondral, de l’os proprement dit (ostéoblastes), créant ainsi des lésions inflammatoires progressives à ces niveaux mais aussi au niveau ligamentaire voire musculaire.

Arthrose et vieillissement

En ce qui concerne la gonarthrose liée au vieillissement, les mécanismes sont là encore différents : perturbation des fonctions normales cellulaires liées à l’âge (diminution des facteurs inhibant l’inflammation…), perte de masse musculaire, laxité des éléments articulaires, diminution de la matrice et des facteurs de croissance… Il y a donc un triple problème chez les sujets âgés : augmentation de l’inflammation, déficit des fonctions métaboliques et tissulaires auxquels s’ajoutent souvent des troubles plus fréquents chez les personnes âgées comme le diabète ou des altérations hormonales.

Ces différences observées dans les processus physiopathologiques de la gonarthrose en fonction des éléments initiateurs expliquent la diversité des formes et la variation importante des manifestations et d’évolution de la maladie.

Eviter les aggravations

Pendant les périodes congestives, observer un repos relatif de l’articulation ; dans les autres moments, maintenir une activité physique régulière ;

Agir sur les facteurs de risque de survenue ou d’aggravation d’arthrose sur lesquels il est possible d’agir : le surpoids, une activité physique trop intense… Suivre la prescription du médecin et poursuivre son traitement dans la durée.

 

S.Kaouel pour Mutuelle News

Partager cet article sur les réseaux sociaux ->Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

6 réponses à “L’ARTHROSE : La maladie de l’âge ?

  1. bonjour
    j’ai de l’arthrose cervical depuis a peu prés 15 ans,j’ai 56 ans, et contrairement a vos affirmations,ceci est d’une douleurs extrême en période de crise.
    J’ai des douleurs lancinante en permanence, en fonction de mes gestes, la douleurs deviens intense.
    Ces douleurs, commence a rendre dépressif, car en effet, depuis que cela dure,j’ai ai raz le bol.
    Mr Routaboul

    1. bonjour j’ai 50 ans et ma première crise récente j’ai eu tellement mal que je croyais avoir un avc. selon mon kiné il faut entretenir les muscles et les mouvements entre les crises et en effet deux séances m’ont aidé. Vraiment bien

    2. Essayer la réflexologie plantaire et le magnétisme.. Cela pourra peut-être vous soulager .Je le pratique à mes clients et ils apprécient…

  2. Bonjour, je souffre d’arthrose sévère précoce depuis 41 ans (j’ai 55 ans), ma soeur, mon père et ma grand-mère aussi et ma fille a un syndrome SAPHO. Il doit bien y avoir une composante d’hérédité chez nous…
    Je peux confirmer que l’arthrose des vertèbres est très douloureuse et invalidante et surtout chronique. C’est elle qui me réveille tous les matins, même si j’ai encore sommeil !
    Le soir à partir de 17 heures, je n’en peux plus, quand il faut s’activer aux tâches domestiques et attendre 19 heures pour prendre mes anti-douleurs !
    En poussées, s’y ajoutent les douleurs au genou, épaule, hanches et les articulations sterno-claviculaires et là, c’est vraiment difficile à vivre…
    La pratique de la marche à mon rythme m’aide, ainsi que des douches chaudes.

  3. A l’arrêt du THS ma gonarthrose deviens très douleureux, et si je continu les THS les douleurs disparaissent.
    Pourquoi personne mentionne cela???

  4. Bonjour
    j’ai pile 50 ans j’ai de l arthrose depuis mes 17 ans dans une épaule .Comme ma mère et mes frères depuis 7 mois on m as découvert une arthrose lombaire subitement avec rétrécissement du canal lombaire.Je souffre le martyre je me fais opérer en septembre .Tout ça pour avoir beaucoup travaillé et avoir de l hérédité…Vraiment pas encourageant pour la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.