Skip to main content
france assurance devis gratuit france assurance devis gratuit

Le régime cétogène permet-il vraiment de maigrir?

Perdre du poids en mangeant gras et en excluant le sucre: c’est la promesse pour le moins surprenante du régime cétogène. Comment fonctionne-t-il? Est-ce efficace? On fait le point.

Perdre du poids en mangeant du gras: c’est la promesse pour le moins surprenante du régime cétogène. Utilisé depuis près d’un siècle contre certaines formes d’épilepsie, la diète cétogène s’est peu à peu fait une place aux côtés des régimes amaigrissants. Depuis quelque temps il connaît un certain succès, comme en témoignent la vingtaine d’ouvrages parus ces dernières années et les nombreux articles de presse qui lui sont fréquemment consacrés. Comment fonctionne ce régime? Que sait-on sur son efficacité? Le Figaro fait le point.

Qu’est-ce que le régime cétogène?

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) considère que, pour un adulte, environ 10 à 20 % de l’énergie doivent provenir des protéines, 35-35% des lipides (les matières grasses) et 40-55% des glucides (les sucres). Le régime cétogène, lui, repose sur une réduction drastique de l’apport en glucides (pas plus de 50 grammes par jour pour un adulte) au profit d’un apport massif en lipides (70 à 90 % de l’apport énergétique total), avec un apport en protéines qui reste à 15-20% des apports. Plutôt contre-intuitif, dans un monde où le gras tient le mauvais rôle dans l’imaginaire collectif.

Sont à proscrire les aliments à base de céréales (pain, pâtes, riz), les pommes de terre, les plats préparés, bonbons, gâteaux ainsi que le lait (riche en lactose, qui est un glucide). Certains fruits et légumes, trop riches en glucides (une banane fournit environ 30 grammes de glucides sur les 50 requis), sont également à éviter, de même que les légumineuses. En revanche, il faut miser sur tous les aliments riches en gras et en protéines tels que les huiles végétales, le beurre, les œufs, les viandes, les poissons gras, l’avocat, la noix de coco ou encore les oléagineux (amandes, noisettes…). «En pratique, c’est un régime très difficile à suivre», constate le Pr Luc Cynober, chef du service de biochimie à l’hôpital Cochin (AP-HP) et auteur de Tout sur votre poids, Ne prenez pas de risques! (Ed. Michel Lafon).

Comment ça marche?

Pour fonctionner, le corps dispose de trois types de carburants alimentaires: les glucides, les lipides et les protéines. Lorsque les glucides sont en quantité très réduite – comme c’est le cas avec le régime cétogène -, le foie se met à fabriquer des corps cétoniques à partir des matières grasses alimentaires ou des réserves de graisses de l’organisme. On dit que le corps est en «cétose»: il se transforme en machine à «brûler» les graisses. Les corps cétoniques deviennent dès lors la principale source énergétique de la plupart de nos cellules. Ce changement intervient en moyenne entre deux et quatre jours après l’adoption du régime.

Le régime cétogène permet-il de maigrir?

«Un régime drastique de ce type fait assurément perdre du poids», affirme le Pr Cynober. «L’individu peut perdre plusieurs kilos en un mois. Mais le problème avec ces régimes extrêmes, c’est qu’il y a un effet rebond. Souvent, les gens reprennent plus de poids qu’ils n’en ont perdu au départ». Le fameux effet «yo-yo», que l’on retrouve dans tous les régimes.

«Des travaux ont montré que les diètes pauvres en sucres permettent de maigrir plus rapidement que les régimes pauvres en graisses. Mais sur le long terme, les courbes de poids se rejoignent», indique le Dr François Jornayvaz, responsable de l’unité de diabétologie aux Hôpitaux Universitaires de Genève et auteur de plusieurs articles scientifiques sur le régime cétogène.

Selon le médecin, il faut distinguer ce régime – où les glucides sont quasiment éliminés – des régimes pauvres en sucres. «Nous avons matière à penser que les diètes modérément pauvres en glucides, qui n’excèdent pas 130 grammes de sucres pas jour, pourraient être bénéfiques, notamment pour les patients diabétiques», souligne-t-il. Mais il faut faire extrêmement attention au type de graisses consommées et privilégier celles d’origine végétale plutôt qu’animale, sans quoi il y a un risque de développer un foie gras (stéatose hépatique) et une hypercholestérolémie, avec des effets néfastes à terme.»

Pour le moment, même si les promesses du régime cétogène s’étendent (amaigrissement, mais aussi cancer, maladie d’Alzheimer, etc.…), il faut rappeler que son efficacité n’a été scientifiquement prouvée que dans l’épilepsie.

«Le problème avec ces régimes extrêmes, c’est qu’il y a un effet rebond. Souvent, les gens reprennent plus de poids qu’ils n’en ont perdu au départ.»

Pr Luc Cynober

Y a-t-il des effets indésirables?

À court terme, le passage d’une alimentation classique à un régime cétogène peut entraîner des nausées, une constipation, de la fatigue, des maux de tête, des crampes, une mauvaise haleine… Autant de désagréments principalement liés à la déshydratation. «Avec ce régime, le corps est forcé d’utiliser ses réserves de glucose», explique le Pr Luc Cynober. «Or dans le muscle, le glucose est stocké avec de l’eau. Son utilisation entraîne donc une élimination d’eau qui contribue à la perte de poids mais aussi à une déshydratation».

Ce régime, qui implique une diminution de la consommation de fruits et légumes, peut également entraîner des carences. «Il peut y avoir un déficit en vitamines, en minéraux et en fibres», abonde le Pr Cynober. D’où la nécessité de prendre conseil auprès d’un diététicien ou d’un médecin nutritionniste avant de se lancer dans une telle entreprise.

Sur le long terme, les conséquences sont mal connues. La plupart des travaux scientifiques réalisés jusque-là portent sur un petit nombre de participants et/ou n’incluent pas de groupe témoin permettant de faire une comparaison. «Les données les plus solides dont nous disposons proviennent d’enfants épileptiques», indique le Dr Jornayvaz. «Elles montrent qu’il existe, à terme, un risque de développer des calculs rénaux, de l’ostéoporose et un trouble de la croissance».

«L’homme est programmé pour des régimes équilibrés et omnivores. Inutile de vous dire que bourrer l’organisme de lipides en évinçant les glucides, ce n’est probablement pas bon pour la santé.»

Pr Luc Cynober

Dans un rapport sur les régimes amaigrissants publié en 2010, l’Agence nationale de sécurité alimentaire (Anses) rappelait que «la recherche de la perte de poids sans indication médicale formelle comporte des risques, en particulier lorsqu’il est fait appel à des pratiques alimentaires déséquilibrées et peu diversifiées». En outre, l’Agence soulignait que «rien ne peut remplacer, en termes de santé, une alimentation équilibrée, diversifiée, en veillant à ce que les apports énergétiques journaliers ne dépassent pas les besoins.»

«L’homme est programmé pour des régimes équilibrés et omnivores», rappelle le Pr Cynober. «Inutile de vous dire que bourrer l’organisme de lipides en évinçant totalement les glucides, ce n’est probablement pas bon pour la santé.»

source: http://sante.lefigaro.fr/article/le-regime-cetogene-permet-il-vraiment-de-maigrir-/

Partager cet article sur les réseaux sociaux ->Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.