Skip to main content
france assurance devis gratuit france assurance devis gratuit

Pesticides et cancer un lien possible !

Les pesticides sont des substances utilisées pour prévenir, contrôler ou éliminer des organismes jugés nuisibles. On parle aussi de produits phytosanitaires ou produits phytopharmaceutiques.




Depuis 30 ans, les enquêtes épidémiologiques ont évoqué l’implication des pesticides dans plusieurs pathologies chez des personnes exposées professionnellement à ces substances, en particulier des pathologies cancéreuses, des maladies neurologiques et des troubles de la reproduction. Ces enquêtes ont également attiré l’attention sur les effets éventuels d’une exposition même à faible intensité lors de périodes sensibles du développement (in utero et pendant l’enfance). A la demande de la Direction générale de la Santé (DGS), l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a fait la compilation de toutes ces études et dresse un constat alarmant.

Pesticides et vie quotidienne

Pour la population générale, les sources d’exposition aux pesticides se retrouvent dans l’alimentation, l’eau de consommation, l’air intérieur et extérieur, les sols et les poussières à l’intérieur de la maison. Quelques études suggèrent une augmentation du risque de cancers en zone d’épandage de pesticides ou avec leur utilisation à la maison ou au jardin (non confirmées).

Les pesticides sont présents dans l’air, l’eau, le sol… sous forme d’herbicides, fongicides, insecticides… face à une telle hétérogénéité de pesticides environ (1 000 substances actives ont déjà été mises sur le marché dans le monde) les associations mettent en garde. La grande majorité d’entre eux sont utilisés pour l’agriculture, l’entretien des parcs et jardins mais aussi en santé humaine (désinsectisation, dératisation…). D’après un rapport de l’Inserm, l’exposition aux pesticides, même de faible intensité, provoque un risque accru de développement de certains cancers (leucémie, cancer de la prostate, lymphomes) ou de maladies neurodégénératives (maladie de Parkinson, maladie d’Alzheimer et sclérose latérale amyotrophique). Finalement, l’Inserm a ciblé plus précisément 8 localisations de cancer : 4 cancers hématopoïétiques (leucémies), ainsi que les cancers de la prostate, du testicule, les tumeurs cérébrales et les mélanomes. Pour le cancer de la prostate, l’augmentation du risque existe chez les agriculteurs, les ouvriers d’usines de production de pesticides et les populations rurales (entre 12 et 28% selon les populations). Plusieurs programmes nationaux de recherche, d’action et de surveillance sont en cours et visent à réduire l’usage des pesticides, surveiller leurs effets sur la santé et mieux comprendre les liens entre l’exposition aux pesticides et les risques de cancers tant pour la population générale que pour les professionnels.
Dans leurs conclusions, les experts de l’Inserm attirent l’attention sur certaines périodes critiques d’exposition (grossesse et petite enfance) aussi bien en milieu professionnel que dans la population générale. Et ils soulignent la nécessité d’une meilleure connaissance des données d’exposition de la population aux pesticides présents dans l’air et dans l’eau. Il est à noter que l’adhésion à une mutuelle santé complémentaire n’est pas à négliger. En effet, dans le doute, il est important de consulter un médecin qui vous dirigera vers des spécialistes qui vous demanderons des analyses et de nombreux examens coûteux.

Pesticides et vie professionnelle, une « omerta » face au danger

Dans le milieu professionnel, certaines études ont montré une augmentation du risque de cancers, tels que des lymphomes non hodgkiniens, tumeurs cérébrales, cancers de la prostate, cancer de l’ovaire, cancer du poumon et mélanomes, pour des niveaux d’exposition professionnelle élevés et pendant de longues périodes. Mais un lien causal reste cependant à démontrer, car d’autres facteurs de risque présents en milieu agricole peuvent jouer un rôle dans les associations trouvées (exposition au soleil, à d’autres polluants, contact avec des virus du bétail…).
C’est en effet en 2009 que le cancer d’un agriculteur est reconnu comme maladie professionnelle. Patrice Lefèvre est décédé des suites d’un lymphome. Depuis le lien entre pesticides et cancer devient un sujet d’actualité. Dans un courrier daté du 20 octobre dernier, la Mutualité Sociale Agricole a admis le caractère professionnel de sa maladie.
Etudes après études, l’étau se resserre : en 2014, une enquête Agrican (agriculture et cancer) menée par des chercheurs de l’Inserm, a montré que certains cancers touchent davantage les agriculteurs que le reste de la population. Les éleveurs de bovins, les cultivateurs de tournesol, de pommes de terre et de tabac sont plus sujets au cancer de la prostate. Le risque de cancer du poumon est deux fois plus élevé chez les agriculteurs spécialisés dans la culture des pois fourragers, ainsi que dans la taille des arbres fruitiers ou la culture des légumes.
La dangerosité des produits phyto-sanitaires est « sous-évaluée » affirment les sénateurs qui ont mené une mission commune d’information sur les pesticides et leur impact sur la santé. Ils parlent même d’une « omerta » dans le monde agricole. « Les pratiques industrielles, agricoles et commerciales actuelles n’intègrent pas suffisamment la préoccupation de l’innocuité pour la santé du recours aux pesticides ». Le rapport dressait une liste de cent recommandations, afin d’améliorer la protection contre les pesticides.

En effet, après avoir consulté toutes ces enquêtes, l’Inserm conclut qu’ « il semble exister une association positive entre exposition professionnelle à des pesticides et certaines pathologies chez l’adulte: la maladie de Parkinson, le cancer de la prostate et certains autres cancers (leucémie, lymphome). Par ailleurs, les expositions aux pesticides intervenant au cours de la période prénatale et périnatale ainsi que la petite enfance semblent être particulièrement à risque pour le développement de l’enfant ».

Partager cet article sur les réseaux sociaux ->Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

3 réponses à “Pesticides et cancer un lien possible !

  1. Les décès successifs cette semaine de trois célébrités mondiales atteintes du cancer sont venus tristement rappeler que cette maladie est le mal du 21e siècle, et ce, peu importe la classe sociale.

  2. Pour la population générale, les sources d’exposition aux pesticides se retrouvent dans l’alimentation, l’eau de consommation, l’air intérieur et extérieur, les sols et les poussières à l’intérieur de la maison. Quelques études suggèrent une augmentation du risque de cancers en zone d’épandage de pesticides ou avec leur utilisation à la maison ou au jardin. Ces recherches ne sont pas toutes mises au grand jour pour ne pas inquieter les populations

  3. En milieu professionnel, certaines études ont montré une augmentation du risque de cancers, tels que des lymphomes non hodgkiniens, tumeurs cérébrales, cancers de la prostate, cancer de l’ovaire, cancer du poumon et mélanomes, pour des niveaux d’exposition professionnelle élevés et pendant de longues périodes. Mais un lien causal reste cependant à démontrer, car d’autres facteurs de risque présents en milieu agricole peuvent jouer un rôle dans les associations trouvées (exposition au soleil, à d’autres polluants, contact avec des virus du bétail…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.