Skip to main content
france assurance devis gratuit france assurance devis gratuit
Rhume, Sinsite ou Grippe

Rhume, Sinusite ou Grippe : les maux de l’hiver


Rhume, sinusite ou grippe : comment faire la différence ?

L’hiver est là et le grand froid avec, le rhume, la sinusite, la grippe on y échappe rarement ! Ayant des symptômes qui se ressemblent sur certains points, le rhume, la grippe et la sinusite sont pourtant des maladies différentes causées par des agents distincts et avec des traitements spécifiques. Ces maladies peuvent évoluer et présenter des complications si elles ne sont pas traitées convenablement. Apprendre à les différencier est important afin d’avoir les bons gestes de prévention et de traitement.




C’est un rhume ?

Avec une période d’incubation allant de 24 à 48 heures, cette infection des voies respiratoires supérieures se manifeste par différents symptômes qui apparaissent progressivement en un jour ou deux et marque le début d’un rhume. Les plus communs sont l’écoulement nasal, les éternuements, les yeux larmoyants, ainsi qu’une irritation au niveau de la gorge. En de plus, un rhume s’accompagne souvent d’une petite fièvre. Le plus souvent, la personne atteinte d’un rhume ressent des démangeaisons au niveau de la gorge qui évoluent ensuite entrainant de la fatigue, des courbatures, un écoulement nasal, de la toux plus au moins grasse, des éternuements, etc. Le rhume peut ensuite évoluer vers une sinusite ou une otite.
La durée du rhume est d’en moyenne entre 7 et 10 jours qu’on le traite ou non. La mauvaise nouvelle, c’est qu’aucun médicament, quel qu’il soit, ne peut en changer cela. Pour lutter contre cette infection hivernale, il faut surtout aider l’organisme à se battre contre le virus

en faisant le plein de vitamine C. Soit avec un supplément (500 mg par jour), soit en consommant des agrumes, des kiwis ou du chou. Il n’existe pas de médicaments pour traiter le rhume. Les antibiotiques n’étant efficaces que pour combattre les infections bactériennes, il ne sert à rien de vous ruer sur une vielle boite pour essayer de soigner votre rhume qui est dû à un virus. Néanmoins, les goutes pour le nez, le sirop pour la toux (même si nombreuses études affirment qu’il n’est pas efficace) et les analgésiques pour calmer les douleurs peuvent être prescrits.
En revanche, il est conseillé de garder le lit 1 jour ou 2 ce qui vous permettra de vous reposer et de ne pas contaminer votre entourage en n’oubliant pas de se laver les mains surtout si vous avez des enfants. Il est également important de boire des liquides pour s’hydrater, spécialement les liquides chauds tels que les bouillons, des tisanes accompagnées de miel… Pour calmer la toux, utilisez un humidificateur d’air. Il est important de se laver le nez avec une solution saline. Ces pulvérisations permettent de nettoyer la muqueuse et d’épurer l’air inspiré avant qu’il n’atteigne les poumons.
Enfin, il est vain de combattre la fièvre avec du paracétamol si elle ne dépasse pas 38,5°. En effet, cette petite montée de la température est naturelle est permet à votre corps de lutter contre l’infection.

 

 

C’est une grippe ?

La grippe est causée par le virus de l’influenza, qui fait son apparition la plupart du temps entre la fin de décembre et le mois de février, selon les années. À l’inverse d’un rhume qui peut être causé par différents agents, la grippe est due à un virus unique d’accroissement mondial, contagieux, différent d’une année à l’autre qui se caractérise par une période d’incubation de 4 à 5 jours.
Contrairement au rhume, la grippe survient brusquement sans signes avant-coureurs. Le virus vous tombe sur la tête, votre température a soudainement grimpé au-dessus de 39° (voire 40°) et vous êtes totalement à plat. Des frissons, des courbatures, une extrême fatigue sont également des symptômes caractéristiques de la grippe. Elle s’accompagne d’une forte fièvre, d’une toux sèche, de violentes migraines ainsi que d’une gêne thoracique. Les éternuements et les écoulements nasals ne sont pas systématiques lors d’une grippe. Il est également possible que la grippe soit accompagnée par une gêne gastro-intestinale.
Avant toute chose, il faut faire baisser la fièvre. Restez au chaud, hydratez-vous et là par contre, prenez du paracétamol. Pour être efficaces, les médicaments antiviraux doivent être pris dans les 48h qui suivent le début de la grippe. Comme ces médicaments ne peuvent être délivrés que sur ordonnance, ne tardez pas à appeler le médecin. Ce traitement n’est pas un médicament miracle mais il permet de réduire l’intensité des symptômes, d’accélérer le rétablissement et de réduire le risque de complications comme la bronchite ou la sinusite.
Par contre, il ne sert à rien d’Insister auprès du médecin pour obtenir une prescription d’antibiotiques. Comme on le voit souvent dans les pubs : « les antibiotiques c’est pas automatique ! » Faut-il encore le rappeler : les antibiotiques ciblent les bactéries et non les virus. Et ils ne pourront ni soigner votre toux ni accélérer votre guérison. Le traitement de la grippe se fait par des antiviraux spécifiques qui permettent de diminuer les symptômes ainsi que la période de convalescence.
Cette maladie peut être dangereuse pour les enfants en bas âge, les personnes d’un certain âge ou encore les individus souffrant de problèmes respiratoires. La grippe peut évoluer vers une branchie ou une pneumonie. Une mutation génétique rare serait à l’origine de certaines formes graves de grippe, particulièrement chez les enfants. Quand la grippe se complique… elle provoque une détresse respiratoire pouvant conduire au décès.
Des formes sévères de la grippe sont essentiellement attribuées à des comorbidités, autrement dit à l’existence d’autres maladies chez le patient, souvent des personnes âgées. Mais chez les jeunes enfants notamment, la plupart des cas mortels restent inexpliqués. Mais nous savons cependant qu’une mutation sur le gène IRF7 à l’origine des grippes sévères grâce à des analyses faites sur une fillette de 7 ans, qui, à l’âge de 2 ans et demi, avait développé une forme très sévère de grippe qui avait conduit à son hospitalisation en service de réanimation pédiatrique. Elle était en bonne santé par ailleurs, rien ne semblait apparemment justifier sa réaction excessive au virus.
Après analyse, les chercheurs ont constaté une découverte qui montre à la fois le rôle de la protéine IRF7 dans la protection contre le virus grippal, et la nécessité que les deux allèles soient mutés pour engendrer une grippe sévère. Les chercheurs en concluent également que les futures stratégies thérapeutiques contre la grippe devraient s’appuyer sur ces découvertes et se baser sur les interférons recombinants, disponibles dans la pharmacopée.
Cependant, il est possible de prévenir la grippe par la vaccination puisque des vaccins spécifiques au virus de chaque année sont disponibles. La prévention passe aussi par les mesures d’hygiène. Evitez tout contact avec une personne atteinte, lavez-vous régulièrement les mains et utilisez des mouchoirs jetable.

C’est une sinusite ?

Les symptômes de la sinusite sont très différents de ceux du rhume ou de la grippe. Douleur, pression dans le visage, congestion, écoulement nasal ou dans l’arrière-gorge, perte de l’odorat… ça peut être une sinusite ! La sinusite est une infection des sinus. Elle peut être liée à une infection d’origine virale ou bactérienne, mais elle peut également être provoquée par une inflammation non infectieuse (par ex. des allergies) des sinus. Elle apparait lorsqu’une infection des voies nasales se répand atteignant la muqueuse qui tapisse les sinus. Les sinus, dont les principaux se situent au-dessus des sourcils et sous les orbites communiquent avec les fosses nasales. Les symptômes les plus fréquents d’une sinusite sont un changement de la voix, la présence de secrétions qui descendent du nez vers la gorge, une gêne auditive, ainsi que de violentes migraines. Il n’est pas rare que la sinusite s’accompagne par des poussées de fièvres ou encore par des courbatures et une grande fatigue. Le siège de la douleur dépend du ou des sinus touchés. Le mal de tête, la mauvaise haleine, la fatigue et la toux figurent parmi les autres symptômes.
Un éventuel terrain allergique doit être dépisté afin d’éviter les sinusites à répétition. Qu’elle soit due aux acariens, au pollen ou aux poils, une allergie peut être responsable des sinusites. Les personnes qui souffrent d’asthme aussi sont plus sujettes à la sinusite, tout comme celles qui ont déjà subi une fracture du nez ou qui sont nées avec une malformation du septum (la cloison entre les deux narines). Par ailleurs, le risque de complications liées à la sinusite est plus élevé chez les personnes qui ont le diabète ou une immunodéficience.
La sinusite peut être aiguë et durer moins de 4 semaines, ou chronique et durer de 8 à 12 semaines, voire davantage. La sinusite aiguë est très fréquente, touchant environ 1 personne sur 10 chaque année. Cette maladie pouvant devenir chronique, il est impératif de soigner un rhume dès les premiers symptômes et d’éviter l’automédication au risque de voir s’installer une sinusite qui nécessitera un long traitement.
Une infection d’un sinus inférieur (sinus maxillaire) cause des maux de dents au niveau de la mâchoire supérieure et une douleur sous les yeux, tandis qu’une infection des sinus de la partie supérieure du visage (sinus frontaux) provoque des douleurs au niveau des tempes. L’infection des petits sinus situés entre les yeux (sinus ethmoïdes) cause une douleur entre, et derrière les yeux.
Du mucus jaune ou vert peut s’écouler du nez, le mucus sent parfois mauvais. La personne qui souffre de sinusite peut ressentir un malaise généralisé et faire un peu de fièvre (moins de 38 °C).
La sinusite virale est différente de la sinusite bactérienne du fait qu’elle disparaît généralement en moins de 7 jours. Si les symptômes persistent plus de 7 jours, l’infection est probablement de nature bactérienne.
La sinusite aiguë dure environ 2 semaines. Par contre, chez certaines personnes, l’infection dure plus longtemps. Les personnes qui ont plus de 4 épisodes par année sont considérées comme atteintes d’une sinusite aiguë récidivante et devraient être dirigées vers un spécialiste. Quand les symptômes durent plus de 12 semaines, on qualifie la sinusite de chronique.
Pour traiter la sinusite, le médecin prescrit souvent des gouttes nasales afin d’assécher les sécrétions et de désinfecter localement. Par contre ici, il question d’antibiotiques, lorsque la sinusite est d’origine bactérienne (sachant que la majeure partie des sinusites est due à une infection virale ou à des allergies sur lesquelles les antibiotiques n’ont pas d’effets) et d’anti-inflammatoires.
La sinusite peut parfois provoquer des complications graves, notamment des abcès et la méningite (une infection des membranes qui entourent le système nerveux central). Il est donc important de consulter un médecin si ces symptômes vous semblent familiers. Ce dernier saura vous diriger vers un spécialiste. Les coûts liées à la sinusite ne sont pas les mêmes que ceux d’un simple rhume ou d’une grippe. Il est donc préférable de se prémunir d’une mutuelle santé complémentaire afin de ne pas avoir de mauvaises surprises.

Partager cet article sur les réseaux sociaux ->Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

7 réponses à “Rhume, Sinusite ou Grippe : les maux de l’hiver

  1. Banal et bénin, le rhume, ou rhino-pharyngite, ne requiert que quelques mesures thérapeutiques extrêmement simples. Cependant, certaines personnes, les enfants notamment, sont exposées à des complications, pour lesquels un avis médical s’impose. Ainsi, mieux vaut ne pas laisser traîner… La sinusite peut évoluer assez vite vers la chronicité et poser de délicats problèmes de traitement.

  2. Pour éviter d’attraper un rhume, gardez votre nez au chaud ! Le virus responsable des rhumes et des rhinites se développerait plus facilement dans les zones plus fraîches du corps comme la cavité nasale

  3. Bien souvent, les patients prennent pour une sinusite ce qui n’est qu’une simple rhinite, ce qui peut donner lieu à des traitements surdimensionnés

  4. En cas de sinusite aiguë et si celle-ci est d’origine bactérienne, un traitement antibiotique peut être envisagé. Il dure en général de 7 à 10 jours, et peut être accompagné de vasoconstricteurs (gouttes) pour déboucher le nez et d’analgésiques (paracétamol) qui soulagent la douleur.
    En cas de sinusite chronique, la prescription d’antibiotiques est nécessaire en cas de surinfection.

  5. Vous oubliez qu’en cas de sinusite chronique, une solution chirurgicale peut être envisagée aussi Elle se fait par voie endonasale à l’aide d’instruments optiques, et consiste à élargir les orifices et à drainer les cavités. La chirurgie peut également permettre de corriger des anomalies structurelles du nez empêchant un bon écoulement des mucosités ou de retirer des polypes nasaux, deux causes fréquentes de sinusites chroniques.

  6. La recherche ne permet pas de conclure définitivement à l’existence d’un lien entre l’utilisation de la plupart des pesticides étudiés et le cancer chez les humains, mais les données suggèrent une possible corrélation avec des cancers comme le lymphome non hodgkinien, le myélome multiple, la leucémie lymphoïde chronique de même que les cancers de la prostate, du testicule, du pancréas, du poumon et de la peau (autre que le mélanome). Des études sur les pesticides et le cancer infantile indiquent un possible lien avec la leucémie et le lymphome non hodgkinien. La recherche s’est également penchée sur la possibilité d’un lien entre le cancer du cerveau chez les enfants et l’exposition professionnelle de leurs parents aux pesticides, mais il n’y a pas suffisamment de données probantes pour pouvoir tirer des conclusions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.