Skip to main content
france assurance devis gratuit france assurance devis gratuit

Vapoteurs : mobilisez-vous ! Une étude va évaluer l’efficacité de la cigarette électronique pour arrêter de fumer

L’AP-HP a annoncé le démarrage d’une étude à l’échelle nationale pour en savoir plus sur l’efficacité de la cigarette électronique dans le sevrage tabagique.

Car si les « vapoteurs » sont nombreux, l’intérêt de la pratique n’a pas encore été démontré.

Est-il vraiment utile de vapoter pour lâcher la cigarette ? La question reste sans véritable réponse. Pour le savoir, l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) lance une étude nationale pour évaluer l’efficacité de la cigarette électronique, avec ou sans nicotine, comme aide au sevrage tabagique, comparée à un médicament. L’AP-HP a annoncé ce lancement dans  un communiqué publié mardi 30 octobre, jour du lancement du « mois sans tabac« .

On estime à environ 1,7 million le nombre de « vapoteurs » en 2016 en France, mais les connaissances sur l’efficacité des cigarettes électroniques et leurs risques éventuels manquent, note l’AP-HP dans son communiqué.

Cigarette électronique vs médicament

L’étude ECSMOKE, financée par les autorités de santé, ambitionne de recruter au moins 650 fumeurs (au moins 10 cigarettes par jour) de 18 à 70 ans souhaitant arrêter de fumer. Ces participants seront pris en charge dans 12 consultations de tabacologie d’hôpitaux (Angers, Caen, Clamart, Clermont-Ferrand, La Rochelle, Lille Lyon, Nancy, Nîmes, Paris, Poitiers, Villejuif) pendant 6 mois.

Les tabacologues fourniront une cigarette électronique à puissance réglable avec des liquides saveur « tabac blond » avec ou sans nicotine, des comprimés de varénicline (un médicament d’aide à l’arrêt du tabac, commercialisé sous le nom de Champix®) ou sa version placebo.

Les participants seront répartis en trois groupes, l’un prenant des comprimés placebo et des liquides de vapotage sans nicotine, le deuxième des comprimés placebo et des liquides avec nicotine et le dernier groupe des comprimés de varénicline associés à des liquides sans nicotine.

Mesurer les risques associés au vapotage

L’arrêt du tabac doit survenir dans les 7 à 15 jours après le démarrage de l’étude, avec un suivi pendant 6 mois.

Outre l’efficacité du vapotage, l’étude tentera de mesurer les risques associés, notamment chez les plus de 45 ans, âge à partir duquel la majorité des fumeurs présente déjà un problème de santé lié à son tabagisme.

Les résultats sont attendus 4 ans après le démarrage de l’étude, et « pourraient aider à déterminer si la cigarette électronique peut figurer parmi les dispositifs approuvés comme aide au sevrage », indique l’AP-HP

Partager cet article sur les réseaux sociaux ->Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.