Son utilisation a commencé avec l’apparition du Walkman et l’évolution a mené vers les baladeurs MP3, Ipod, les androids et les smartphones. Utilisés par plus 75 % des personnes entre 15 et 45 ans, les écouteurs nous permettent de nous divertir, de chanter, de danser et d’échapper au stress, mais ils augmentent aussi le risque de problèmes auditifs et de plusieurs troubles, voir mentaux.





Au court des années, plus d’une étude a démontré qu’une longue durée d’exposition au son des écouteurs peut être très néfaste aux oreilles et même au cerveau. Et avec des utilisateurs augmentant sans arrêt le volume du son des écouteurs et dépassant le niveau maximum conseillé qui est de 85 décibels et dépassant les 120.Des utilisateurs réguliers souffriront dans le futur de troubles de l’audition.

Même si les utilisateurs se révèlent bien informés sur les risques associés à une exposition excessive à des écouteurs, cette dépendance et échappatoire du monde vers le divertissement et la magie de la musique est bien trop forte et les risques sont courus avec plaisir. Une grande majorité a déjà ressenti des symptômes divers parfois très gênants comme une lourde sensation d’oreille cotonneuse, d’hypersensibilité aux sons, des douleurs dans l’oreille … et ils continuent à utiliser leurs écouteurs avec la même intensité pensant que ça va passer et n’en parlent même pas à leur docteur.

Ce nombre s’élève à 60% des utilisateurs, contre seulement 20% qui font le premier pas et consultent un docteur. Geste habile, car mieux vaut prévenir que guérir! Si jamais la gêne n’a pas disparu en une nuit ou deux, il est impérativement conseillé de prendre un avis médicale pour éviter une potentielle perte de l’audition et d’endommager votre cerveau. Si jamais le cerveau perd sa capacité de discrimination auditive, cette baisse de la sensibilité auditive n’apparaît pas immédiatement et sans un test de perception auditive où le seuil de perception de l’intensité sonore est mesuré, le trouble peut rester invisible et continuer son chemin destructif.

Une fois qu’il se manifeste, c’est généralement sous forme d’acouphènes, qui sont des émissions sonores spontanées qui résultent à des lésions des connexions horizontales inhibitrices, soit par une perte de capacité auditive grave. Des troubles qui peuvent conduire à perdre la sensation d’écoute et de concentration. Pour éviter ces encombres, il est tout à fait possible de ne pas se séparer de ce plaisir. Il faut juste minimaliser la durée d’exposition et éviter d’utiliser des écouteurs intra-auriculaires car ils peuvent amplifier le signal sonore et provoquer plus de dégâts que les autres types d’écouteurs. Il faut limiter le niveau sonore à 60 % de son maximum et préférer le casque aux écouteurs, de préférence léger et avec une utilisation de moins d’une heure par jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *