Si vous ne connaissez pas la maladie de Charcot, vous avez du entendre parler de « la maladie de Lou Gehrig », du nom d’un joueur de baseball célèbre, mort de cette maladie en 1941. C’est donc ainsi qu’on la nomme aux Etats-Unis. En France on parle de la Sclérose latérale Amyotrophique (SLA) ou encore de la maladie de Charcot. Depuis quelques semaines avec la sortie de la série « Empire »en France, où le héros en est atteint, nombre de nos lecteurs s’y intéressent. Nous allons donc dans cet article la définir pour vous.




Pour simplifier les termes médicaux,la maladie de Charcot, est une maladie neurologique à évolution rapide presque toujours mortelle et qui attaque immédiatement les cellules nerveuses (neurones) garants du contrôle des muscles volontaires. Son origine est inconnue. Elle touche les deux sexes et son impact accroît avec l’âge à partir de 40 ans.

Afin de comprendre cette maladie, il faut dans un premier temps définir ce qu’est un neurone moteur. Ce sont donc des cellules nerveuses localisées dans le cerveau, la moelle épinière et le tronc cérébral servant d’unités de contrôle et de liens de correspondance vitaux qui existent entre le système nerveux et les muscles volontaires.

[ads]

Les messages communiqués par les neurones moteurs situés dans le cerveau (appelés neurones moteurs supérieurs) sont envoyés aux neurones moteurs de la moelle épinière (appelées neurones moteurs inférieurs) ainsi qu’à leurs muscles particuliers.

Ces deux neurones se dégénèrent ou meurent, arrêtant d’adresser des messages aux muscles. Dans l’incapacité de fonctionner, les muscles s’affaiblissent progressivement et dépérissent (atrophie). Irrémédiablement, la capacité du cerveau à commander et à contrôler les mouvements volontaires disparaît.

Elle entraîne faiblesse musculaire et handicaps. Au final, tous les muscles sous contrôle volontaire sont touchés et les patients sont dépossédés de leur force et leur capacité à bouger les bras, les jambes et tout le corps. Les patients ont des difficultés à respirer dans les phases avancées de la maladie,à cause de l’affaiblissement des muscles du système respiratoire.La maladie de Charcot n’affecte pas des sens comme la vision, le goût ou l’ouï et le toucher. Mais la maladie peut être si subtile que les symptômes peuvent être négligés comme les contractions et raideurs musculaires, les crampes, les troubles de l’élocution, des difficultés à mastiquer ou avaler. Souvent, les symptômes affectent au préalable une des jambes, ce que les patients remarquent lorsqu’ils marchent ou lorsqu’ils courent, en trébuchant de plus en plus fréquemment. Ces affections se transforment peu à peu en des accès de faiblesse, pouvant aller jusqu’à l’atrophie, ce qui conduis le médecin à suspecter la maladie de Charcot. Mais quelle que soit la partie du corps que la maladie de Charcot atteint d’abord, la faiblesse musculaire et l’atrophie se propagent à d’autres parties du corps au fil de la progression de la maladie.

Certains patients remarquent les effets de la maladie au niveau de la main ou du bras en éprouvant des difficultés à accomplir les activités simples de la vie quotidienne sollicitant une habileté manuelle comme couper sa viande ou tourner la clé dans la serrure. D’autres patients remarquent qu’ils sont sujets à des problèmes d’élocution comme on a pu le voir dans un épisode de « Empire » lorsque Lucius n’arrive plus à parler et que Cookie a du faire le discours à sa place.

Susceptible de toucher n’importe quelle personne et de n’importe quelle ethnie, personne n’est à l’abri de la SLA. La cause de la maladie de Charcot est encore inconnue et les scientifiques n’ont pas encore comprispourquoi cette maladie frappe certains individus et pas d’autres.Néanmoins on sait qu’elle touche le plus souvent les personnes entre la quarantaine et la soixantaine, ce qui n’empêche pas que des individus plus jeunes ou plus âgés puissent être atteints.Cependant nous savons que les hommes sont plus souvent atteints que les femmes.

De plus, la maladie se manifeste sans qu’il n’y ait de facteurs de risque clairement associés. Aucunemédication n’a encore été trouvée pour traiter la maladie de Charcot.Cependant, il est possible de réduire les dommages aux neurones moteurs. Des traitements sont conçus pour soulager les symptômes et améliorer la qualité de vie des patients mieux assuré par des équipes médicales pluridisciplinaires. En travaillant ensemble avec les patients, ils peuvent concevoir garantir aux patients un maximum de confort possible et de maintenir leur mobilité au maximum.

S. Kaouel pour Mutuelle News

[ads]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *